Fatigue cognitive dans l'autisme

Chez les jeunes de secondaire et étudiants

Les études ayant recueilli le point de vue des adolescents et jeunes adultes autistes dressent généralement un constat similaire : la majorité des participants – élèves de secondaire, étudiants ou jeunes professionnels – rapportent souffrir d’une fatigue importante [1-3].

 

Parmi les facteurs fréquemment mis en cause :

- leurs difficultés sensorielles (fréquentes hypersensibilités sensorielles) et exécutives (attention, lenteur graphomotrice, planification, etc.),

- les exigences académiques et sociales accrues (notamment la compréhension de l’implicite)

- ainsi qu’un emploi du temps scolaire et périscolaire souvent très chargé (avec de nombreux accompagnements et prises en charge hebdomadaires).

Étudiants à la bibliothéque

S'ajoutent à cela de fréquentes conditions associées à l'autisme, telles que le TDA/H (trouble du déficit de l'attention avec ou sans hyperactivité), les troubles anxieux, les troubles du sommeil ou encore des troubles des apprentissages (ex : dyslexie, dyscalculie, dysgraphie, etc.) [4]

Ainsi, pour ces jeunes en constante adaptation, la fatigue cognitive peut sérieusement compromettre leur réussite scolaire, limiter le développement des compétences sociales et augmenter le risque d’échec une fois à l’université ou dans le milieu professionnel [5, 6].

AASPIRE.png

Le burnout autistique
En 2020, Raymaker et son équipe (AASPIRE) ont publié le premier article sur le burnout autistique et identifié un ensemble de caractéristiques qui le distingue de l’épuisement professionnel et de la dépression clinique [7]. Il est défini comme un syndrome résultant d’un stress de vie chronique et d’une inadéquation entre attentes et compétences, en l’absence de soutiens adéquats.

Il se caractérise par :

un épuisement envahissant, sur le long-terme (généralement supérieur à trois mois) et chronique,

- une perte de fonctionnement,

- une tolérance réduite aux stimuli.

Les participants autistes interrogés ont notamment évoqué les conséquences néfastes de cet épuisement sur leur santé, leur capacité à vivre de manière indépendante et leur qualité de vie. Les auteurs soulignent la nécessité de conduire des recherches sur les moyens de mesurer, prévenir et traiter le burnout autistique, dont la fatigue cognitive constitue l’un aspects majeurs.

La fatigue cognitive comme précurseur du burnout autistique

Une analyse détaillée de la symptomatologie permet de mettre en évidence l'importante similarité entre les caractéristiques principales et manifestations cliniques du burnout autistique (tel que décrit ci-dessus) et celles de la fatigue mentale (telle que décrite par Johansson et Rönnbäck, ici). 

 

Au regard de la revue de littérature sur la mesure de la fatigue et des témoignages des adultes autistes, nous faisons l'hypothèse suivante :

Les personnes sur le spectre autistique sont particulièrement concernées par la fatigue mentale, en raison des efforts continus, parfois excessifs, qu’elles doivent fournir au quotidien pour s'adapter à leur environnement, notamment scolaire ou professionnel. 

Selon les chercheurs d'AASPIRE, le burnout autistique survient plus fréquemment lors du passage vers l’âge adulte, en raison des pressions et exigences sociales accrues de la part de l’environnement.

 

Ainsi, notre recherche postule que la fatigue mentale, en tant qu'état d'épuisement quasi-constant sans possibilité de récupérer durablement, peut être considérée comme l’un des précurseurs du burnout dans l'autisme.

Références bibliographiques : 

[1] Aubineau, M. (2017). Vécu de l’inclusion scolaire au secondaire des élèves ayant un trouble du
spectre de l’autisme: regards croisés des adolescents et de leurs parents, en France et au Québec
.
Thèse de doctorat en psychopathologie, Université de Toulouse, Toulouse.

 

[2] Poirier, N., & Cappe, É. (2016). Les dispositifs scolaires québécois et français offerts aux élèves ayant un trouble du spectre de l’autisme. Bulletin de psychologie, (4), 267-278.

[3] Saggers, B., Hwang, Y. S., & Mercer, K. (2011). Your voice counts: Listening to the voice of high
school students with autism spectrum disorder. Australasian Journal of Special Education, The, 35(2),
173.

[4] Guinchat, V. (2014). Les comorbidités cliniques de l'autisme : une interface entre le syndrome
autistique et ses causes.
Thèse de doctorat en neurosciences, Université Pierre et Marie Curie -
Paris VI, Paris.

[5] Mitchell, W., & Beresford, B. (2014). Young people with high‐functioning autism and Asperger's
syndrome planning for and anticipating the move to college: what supports a positive transition?.
British Journal of Special Education, 41(2), 151-171.

[6] Toor, N., Hanley, T., & Hebron, J. (2016). The facilitators, obstacles and needs of individuals with autism spectrum conditions accessing further and higher education: A systematic review. Journal of Psychologists and Counsellors in Schools, 26(2), 166-190.

[7] Raymaker, D. M., Teo, A. R., Steckler, N. A., Lentz, B., Scharer, M., Delos Santos, A., ... &
Nicolaidis, C. (2020). “Having all of your internal resources exhausted beyond measure and being left
with no clean-up crew”: defining autistic burnout. Autism in Adulthood.